On n’est pas là pour décorer, on détruira votre société !

Publié le par anarco-communiste-macon

Marche Des Fiertés 18 Juin :
Soyons Fier.e.s et Révoutionnaires !

Une nou­velle fois on des­cend dans la rue.
Nous nous sommes conten­téEs de bien peu, fina­le­ment : un ou deux bars gay friendly « parce que les pédés, ils savent faire la fête ! » deve­nus tel­le­ment hype qu’ils n’accueillent plus que des bour­geoi­sEs en quête de fris­sons, quel­ques élus pédés, des sous-droits, une série les­bienne à la télé… De quoi se sentir accep­téEs et inté­gréEs ; tra­vail, famille, patrie tra­ves­tis en pro­mes­ses de mariage, enfants et reconnais­sance sociale.

A l’appro­che de 2012, les LGBT sont autant de bul­le­tins dans les urnes !
Les poli­tico-cha­ro­gnards ont vu en nous des poten­tia­li­tés mar­ke­ting, un nou­veau marché fruc­tueux… mais jamais rien de plus que des rap­ports de pro­duct­heu­reu­ses à consom­mat­heu­reu­ses. Rien d’autre qu’un raco­lage com­mer­cial et poli­ti­que. Comme si unE éluE PS ferait mieux que d’autres : Collomb et la pré­fec­ture expul­sent à tours de bras, répri­ment les putes et d’autres sales gueu­les. Et en promo cette année : expul­sion des étrangerEs mala­des ! Mais à condi­tions de rester nor­malE ! Un gay c’est comme ça : beau, viril, avec beau­coup de gel, pas un pédé quoi ! Une les­bienne c’est comme ça : fémi­nine, pas camion­neuse, du gel aussi. Un-e trans c’est comme ça : euh ça existe ça ??

Ne mar­chons pas sur notre fierté !
Où est passée notre révolte, sinon noyée sous le gel Garnier extrême ou dans la der­nière che­mise rose de chez Paco Raban ? On est bien loin de Stonewall ! Là où les slo­­gans ne suf­­fi­­saient plus, c’est contre la vio­­lence et l’oppres­­sion poli­­cière que la rue a été prise par les folles et autres dégé­­né­­rées à Stonewall en 1969. Elles ont pris leurs « droits », sans atten­­dre qu’Ils les leurs don­­nent. Cinq jours d’émeutes, contre les vio­len­ces poli­ciè­res et pour la visi­bi­lité queer et homo­sexuelle, l’homo­sexua­lité étant inter­dite et répri­mée par la loi. Il ne fau­­drait pas oublier que c’est ce joyeux bordel qui est aujourd’hui com­­mé­­moré par la Pride. Commémoré, c’est à dire accepté comme déjà mort, et rap­­pelé par cette marche funè­­bre tris­­te­­ment gaie, nor­­ma­­tive, capi­­ta­­liste, anti-insur­­rec­­tion­­nelle et bien­pen­sante. « Aimez-vous les uns les autres », « faites l’amour et pas la guerre »... on l’a aussi entendu dans nos rangs. Non, quitte à faire l’amour, autant faire la guerre. A Stonewall, Elles ven­daient leur cul, pas leur voix !

Lyon, ter­rain de jeu des fas­cis­tes, police com­plice !
Entre les fachos la nuit dans les ruel­les du centre et les faf friendly en uni­forme en plein jour sur les places publi­ques, les agres­sions s’inten­si­fient, se mul­ti­plient. C’est comme ça que l’année der­nière, le 18 mai pen­dant le Kiss in, les flics ont cou­vert les fachos et nous ont déga­géEs, et que des per­son­nes se sont fait agres­ser après la Pride. Et ce ne sont que 2 exem­ples parmi tant d’autres. Les fachos sor­tent du pla­card, à nous de le faire aussi. Ne nous conten­tons pas de l’espace-temps accordé pour la Pride par la pré­fec­ture : cette mise en scène codi­fie et exo­tise les trans­pé­dé­goui­nes. Comme si on était là pour diver­tir les hété­ros : la Pride, c’est le zoo. Sortons de nos cages, c’est tous les jours qu’il faut faire de la ville le théâ­tre de nos désirs !

Au lieu de trai­ner dans des bars hors de prix, parce que ce sont les seuls endroits où on ne se fait pas fra­cas­ser, on ferait mieux de se retrou­ver pour se réap­pro­prier nos quar­tiers. Drag par­tout, la ville est à nous ! Nos désirs sont des armes !

A bas la société fric des hété­ros-flics !
Ne pas se cacher dans les illu­sions du vote, ou les pro­mes­ses d’un Grand Soir révo­lu­tion­naire à venir. C’est dans le pré­sent que nous lut­tons, et par nos pro­pres moyens- sans média­teurE, ni délé­guéE ou chefE-chèvre pour nous com­man­der. Si nous mar­chons, ce sera avec des cailloux dans les poches.

Jouir sans entra­­ves sera tou­­jours admis. Alors jouis­­sons à les entra­­ver !

ON EST PAS LA POUR DECORER, ON DETRUIRA VOTRE SOCIETE !

Publié dans Informations

Commenter cet article