OPINION : "RCEA, LEtat impose la privatisation, une décision antidémocratique, antisociale, anti écologique"

Publié le par ocl MACON 71

 


 
Par la CAPEN 71 (Confédération associative pour l'environnement et la nature)


Le soi-disant débat public n’a donc été qu’une pantomime , comme le craignaient les plus pessimistes ou les plus lucides sur l’état de dépendance volontaire de l’Etat aux lobbies. La mobilisation populaire, pourtant exceptionnelle, n’y a rien changé. Un trio de sénateurs (1), dont les mandats ne dépendent plus du peuple, prend fait et cause pour cette arnaque.
Car la privatisation de cette route nationale sans que les usagers aient la possibilité d’emprunter d’autres routes engendrera une rupture d’égalité entre les citoyens, quels que soient les « aménagements ». Elle privera l’Etat des recettes de la taxe poids lourds (2), qui avait vocation à alimenter un fond de développement du fret ferroviaire en chute libre, principale issue pour qu’il y ait moins de camions, donc moins de morts et de gaz à effet de serre.

LA GABEGIE  AU PROFIT DES LOBBIES
L’Etat crée donc une route pour riches plus ou moins sécurisée, et laisse les routes dangereuses aux « pauvres » qui ne veulent pas payer pour aller travailler. Estimée à plus d’1 milliard d’euros, cette autoroute va s’ajouter à une relance autoroutière de 1200 km pour près de 15 milliards, quand le gouvernement nous parle de « maîtrise des dépenses publiques » tout en demandant aux français de se serrer la ceinture. Ce projet rejoint dans l’absurde nombre de projets pharaoniques du SNIT (3) chiffrés à 260 milliards d’euros sur 25 ans !  En pleine crise économique, financière, écologique !

LE COMBAT ET LA MOBILISATION CONTINUENT
Il existe des solutions pour sécuriser à moindre coût le tracé de la route. Des solutions ferroviaires adaptées, notamment, doivent être finalisées en priorité pour la décharger des camions.
La CAPEN s’associera aux voies de recours judiciaires pour casser cette décision inique. Elle appelle à participer massivement au référendum local qui sera organisé par le Conseil Général de S&L en septembre. Elle invite les citoyens et leurs associations, les collectivités, à participer tout de même au débat sur le SNIT avant les élections présidentielles et législatives pour chasser les complices de cette  coûteuse mascarade.

(1)    les sénateurs BEAUMONT, COURTOIS, EMORINE, soutiennent cette privatisation. Les députés NESME et ANCIAUX également. Aux électeurs-victimes de trancher.
(2)    La Taxe Kilométrique Poids Lourds  vient d’être repoussée à 2013
(3)    Schéma National des Infrastructures de Transports qui a comme axe principal, approuvé par toutes les parties prenantes du Grenelle « l’optimisation du système de transport existant afin de limiter la création de nouvelles infrastructures «  et qui sera soumis prochainement au débat public. Voir aussi à ce sujet le « rapport Mariton ».

Commenter cet article